Notre époque, volatile et imprévisible, par ailleurs riche en ruptures stratégiques et technologiques comme en défis de toutes natures (économiques, sociaux, sociétaux et environnementaux) exige du décideur discernement, lucidité, équilibre, équilibre, volonté, détermination et pédagogie.

Le Maréchal Foch évoquait à cet égard la nécessaire « intelligence pour savoir ce que l’on veut, le silence pour y asseoir sa réflexion ; et puis la volonté pour assurer la poursuite tenace ».

Parce qu’un leadership de qualité reste, en ces périodes chaotiques, le meilleur moteur de l’action et de l’efficacité collective, je vous invite à une réflexion sur le meilleur moyen de susciter l’engagement individuel et collectif, et de valoriser ce qu’il y a de plus précieux dans l’entreprise : la compétence, la créativité, l’initiative et la force morale des collaborateurs.

C’est d’autant plus urgent que, selon le cabinet McKinsey « dans ces temps incertains, les compétences humaines sont l’actif le plus sûr et ayant le plus de valeur » (Étude McKinsey citée par Annie Kahn in Le Monde).

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.